Pourquoi l’écrivain que je suis soutient le politique qu’est Jean-Luc Mélenchon

Outre les raisons indiquées par ailleurs, je soutiens Jean-Luc Mélenchon, parce qu’il est le candidat qui a “lu les livres”.

Aussi parce qu’il est le candidat qui croit à l’émancipation par la culture.

Encore parce qu’il est le candidat de l’éducation populaire.

Enfin parce qu’il est le candidat qui réhabilite l’acte de lire.

Le 7 février 2012, à Villeurbanne, Mélenchon concluait son meeting par la lecture de cet extrait des Misérables, de Victor Hugo :

“En 93, selon que l’idée qui flottait était bonne ou mauvaise, selon que c’était le jour du fanatisme ou de l’enthousiasme, il partait du faubourg Saint-Antoine tantôt des légions sauvages, tantôt des bandes héroïques.

Sauvages. Expliquons-nous sur ce mot. Ces hommes hérissés qui, dans les jours génésiaques du chaos révolutionnaire, déguenillés, hurlants, farouches, le casse-tête levé, la pique haute, se ruaient sur le vieux Paris bouleversé, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’égalité, la fraternité, le pain pour tous, l’idée pour tous, l’édénisation du monde, le progrès ; et cette chose sainte, bonne et douce, le progrès, poussés à bout, hors d’eux-mêmes, ils la réclamaient terribles, demi-nus, la massue au poing, le rugissement à la bouche. C’étaient les sauvages, oui ; mais les sauvages de la civilisation.

Ils proclamaient avec furie le droit ; ils voulaient, fût-ce par le tremblement et l’épouvante, forcer le genre humain au paradis. Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit.

En regard de ces hommes, farouches, nous en convenons, et effrayants, mais farouches et effrayants pour le bien, il y a d’autres hommes, souriants, brodés, dorés, enrubannés, constellés, en bas de soie, en plumes blanches, en gants jaunes, en souliers vernis, qui, accoudés à une table de velours au coin d’une cheminée de marbre, insistent doucement pour le maintien et la conservation du passé, du Moyen-Âge, du droit divin, du fanatisme, de l’ignorance, de l’esclavage, de la peine de mort, de la guerre, glorifiant à demi-voix et avec politesse le sabre, le bûcher et l’échafaud. Quant à nous, si nous étions forcés à l’option entre les barbares de la civilisation et les civilisés de la barbarie, nous choisirions les barbares.”

Un instant, devant le streaming internet, j’ai voulu croire, oui, que – “insurrection qui vient” ou “révolution citoyenne” – celles-là pouvaient encore passer par le livre…

Ce contenu a été publié dans De la main gauche.... Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.