Pourquoi M. Jérôme Cahuzac n’a pas fini de nous faire marcher…

On m’a récemment qualifié d’“homme de lettres”, moi à qui font défaut celles de l’acronyme BAC et qui ne peut pas plus revendiquer le sigle BEPC…

Conscient des responsabilités dont d’aucuns m’investissent, il m’est dès lors apparu nécessaire d’éclaircir le débat sémantique né de l’affaire Cahuzac et des commentaires de Jean-Luc Mélenchon.

Me voilà donc ouvrant les dictionnaires (ou ce qui en fait office).

“Salopard (Populaire) : individu sans scrupule qui agit envers autrui d’une façon ignoble.”

Encyclopédie Larousse

“Prout-prout (Familier) (Péjoratif) : se dit de quelqu’un qui est trop distingué, précieux, qui fait beaucoup de manières.”

Wiktionnaire

“Coup de balai : licenciement du personnel (d’une entreprise, d’une administration). Nettoyage. ‘Dans la crainte des coups de balai, ils étaient toujours du côté du manche.’ (Zola)”

Le Petit Robert

Homme pratique, j’en conclus que le ministre du Budget Jérôme Cahuzac – “individu sans scrupule” – ayant agi “envers autrui d’une façon ignoble”, ce serait faire “beaucoup de manières” que s’épouvanter du “licenciement du personnel” qui nous gouverne. (Quand bien même celui-là n’a pas son pareil pour se tenir “du côté du manche”.)

Ayant remercié Zola, il ne me reste plus qu’à appeler, à mon tour, à la Marche citoyenne pour la 6e République du 5 mai 2013.

Marche citoyenne

 

Ce contenu a été publié dans De la main gauche.... Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.